« On dirait une zone de guerre » : Beyrouth dévastée par une double explosion meurtrière…

Au Liban, ce drame survient alors que le pays connaît sa pire crise économique depuis des décennies, marquée par une dépréciation inédite de sa monnaie, une hyperinflation, des licenciements massifs et des restrictions bancaires drastiques.

Le premier ministre, Hassan Diab, dont le gouvernement est contesté par une partie de population, sort donc encore plus fragilisé de cet événement. “Il est inadmissible qu’une cargaison de nitrate d’ammonium, estimée à 2 750 tonnes, soit présente depuis six ans dans un entrepôt, sans mesures de précaution. C’est inacceptable et nous ne pouvons pas nous taire”, a-t-il déclaré devant le Conseil supérieur de la défense, promettant que les responsables devraient “rendre des comptes”.

Sur les réseaux sociaux, les Libanais expriment à nouveau leur colère contre la classe dirigeante, qu’ils accusent de corruption, estimant que l’explosion était un résultat de sa mauvaise gestion et de sa négligence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.