LE DR WAFA BOUDISSA, ENCEINTE, EST DÉCÉDÉE DU CORONA…

 

Affaire du Dr Wafa Boudissa: Sa demande de congé exceptionnel rejetée à trois reprises

En lui refusant ses demandes de congé spécial, la direction ddre l’hôpital s’est rendu coupable de négligence qui a entraîné la mort et de violation de l’instruction portant mise en congé exceptionnel des femmes enceintes.

Sa mort tragique a choqué l’opinion publique au plus haut point. Nombreux les Algériens sous le choc en découvrant le visage de Wafa Boudissa, une femme médecin, décédée par la faute de sa hiérarchie qui lui a refusé des congés alors qu’elle était enceinte de huit mois. Comment ce drame qui pouvait être inévitable a pu se produire dans un contexte où la prévention était pourtant de rigueur ? En lui refusant ses demandes de congé spécial, la direction de l’établissement public hospitalier s’est rendu  coupable à la foi de négligence qui a entraîné la mort, mais aussi de violation de l’instruction portant mise en congé exceptionnel des femmes enceintes.

En première ligne pour lutter le virus de corona, Wafa Boudissa, médecin généraliste à l’hôpital de Ras El Oued (Bour Bou-Arréridj) a contracté le virus dans l’exercice de son métier. Consciente des risques qu’elle encourt, elle a sollicité à trois reprises une mise en congé. Ses demandes ont été refusées par son administration. Wafa Boudissa n’a pas pu vaincre le virus. Après une semaine d’hospitalisation, elle a rendu l’âme avant-hier à l’établissemnt hospitalier de Ain El-Kebira (Sétif) dont elle est originaire.

Le ministre de la Santé a par ailleurs souligné que des mesures seront prises à l’issue de l’enquête ouverte hier sur son ordre, par l’inspecteur général de son département ministériel au niveau de l’établissement public hospitalier de Ras El-Oued dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj où exerçait la défunte.

Selon le mari de la défunte, Chawki Smara, son épouse était très consciente du danger et des risques qu’elle encourait mais elle ne pouvait rien faire face à l’entêtement de l’administration de la structure hospitalière où elle exerçait. Selon lui, sa défunte épouse a sollicité son supérieur à plusieurs reprises pour prendre un congé, mais en vain. “Le directeur a refusé de faciliter la tâche à ma femme. Devant l’absence de transport de et vers Sétif par rapport aux mesures prises par le gouvernement ainsi que la situation de santé de mon épouse à cause de sa grossesse, j’ai opté pour la location d’un appartement à Ras El-Oued où j’ai emménagé le premier jour du Ramadhan, cependant la mort l’a emportée avec mon enfant que nous avons tant attendu”, nous a-t-il confié.

En effet, la défunte, qui a rendu l’âme après une semaine d’hospitalisation à l’unité Covid-19 de l’hôpital Abdallah-Cheghoub d’Aïn El-Kébira, n’a pas bénéficié des mesures de prévention et de protection en milieu de travail face à l’épidémie de coronavirus prévues pourtant par la loi et qui ont fait l’objet de deux instructions émanant du ministère de la Santé : l’instruction portant n°18 du 26 avril 2020 complétant la note n°13 du 31 mars 2020.

De son côté, le président du Syndicat national des praticiens spécialistes de santé publique, Lyès Merabet a indiqué que le SNPSSP a présenté le 26 mars dernier des propositions au ministère de la Santé afin de faire bénéficier les femmes soignantes et aides-soignantes enceintes d’un congé exceptionnel Covid-19. Un mois après que notre proposition fut remise au ministère, nous avons été destinataires de l’instruction n°18 du 26 avril, instruction qui a fait fi de nos doléances”, a-t-il indiqué.

REQUIRED TO CONTINUE TO WORK, DR WAFA BOUDISSA, PREGNANT, DIES OF CORONA…

By refusing her requests for special leave, the hospital management was guilty of negligence which led to the death and violation of the instruction for exceptional leave for pregnant women.

His tragic death shocked public opinion to the highest degree. Many Algerians in shock when they discovered the face of Wafa Boudissa, a female doctor, who died because of her hierarchy who refused her leave when she was eight months pregnant. How could this drama, which could have been inevitable, have occurred in a context where prevention was nevertheless essential? By refusing his requests for special leave, the management of the public hospital establishment was guilty of negligence which led to death, but also of violation of the instruction on the exceptional leave of pregnant women.

On the front line to fight the corona virus, Wafa Boudissa, a general practitioner at Ras El Oued hospital (Bour Bou-Arréridj), contracted the virus in the exercise of his profession. Aware of the risks she faces, she requested leave of absence three times. His requests were refused by his administration. Wafa Boudissa could not defeat the virus. After a week of hospitalization, she died the day before yesterday at the hospital establishment in Ain El-Kebira (Sétif) where she is from.

The Minister of Health also stressed that measures will be taken following the investigation opened yesterday on his orders, by the Inspector General of his ministerial department at the level of the public hospital establishment in Ras El-Oued in the wilaya of Bordj Bou-Arréridj where the deceased worked.
According to the deceased’s husband, Chawki Smara, his wife was very aware of the danger and the risks she was running, but she could not deal with the stubbornness of the administration of the hospital structure where she practiced. According to him, his late wife asked his supervisor several times to take leave, but to no avail. “The director refused to make it easier for my wife. Given the lack of transport to and from Sétif compared to the measures taken by the government as well as the health situation of my wife because of her pregnancy, I opted to rent an apartment in Ras El-Oued where I moved in on the first day of Ramadhan, however death took it away with my child that we have been waiting for so long ”, he confided to us.
Indeed, the deceased, who died after a week of hospitalization at the Covid-19 unit of the Abdallah-Cheghoub hospital in Aïn El-Kébira, did not benefit from the prevention and protection in the workplace in the face of the coronavirus epidemic provided for by law, however, which were the subject of two instructions issued by the Ministry of Health: instruction bearing No. 18 of April 26, 2020 supplementing note No. March 13, 2020.
For his part, the president of the National Union of Practitioners Specializing in Public Health, Lyès Merabet indicated that the SNPSSP presented proposals on March 26 to the Ministry of Health in order to benefit women caregivers and nursing assistants who are pregnant. Covid-19 exceptional leave. One month after our proposal was submitted to the ministry, we received instruction n ° 18 of April 26, instruction which ignored our grievances, « he said.

3 réflexions au sujet de « LE DR WAFA BOUDISSA, ENCEINTE, EST DÉCÉDÉE DU CORONA… »

    1. Malheureusement Trois membres de la famille du médecin décédée du coronavirus jeudi 14 mai, sont contrôlés positifs au Covid-19. Il s’agit de sa fille, âgée de trois ans, de sa mère et de son beau-frère. Les trois sujets sont admis à l’hôpital pour leur prise en charge.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.