PARADOXES…

  • En 1830, selon Bruno Etienne, le taux de lettrés en arabe chez les algériens était plus élevé que chez les hordes des envahisseurs  en français.
  • Dans les années 50-60 du siècle dernier, 95%,  des quelques sept millions d’algériens étaient : et des montagnards, et des analphabètes, et des illettrés (ne sachant ni lire ni écrire) dans aucune langue,  et des misérables recouverts de haillons et  sous alimentés.Telle était le couronnement de  l’œuvre la plus élaborée et la plus manifeste de 130 années d’une massive présence coloniale française dite : «Civilisatrice. »

 

Lire la suite